AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Lynaëlle Sylfe Lyold Astrae, alias "Kika" [en construction]
 :: Avant Propos :: Présentation

Dim 30 Juil - 22:52
Lynaëlle Sylfe
Identité


Surnom(s): Lyn en privé, Kika pour son... "métier"
Genre: Feminin
Âge: 23
Taille: 1.60
Poids: 61kg
Race: Chimère Chat
Rang Social: 6
Métier: Apoticaire
Classe: voleur
Classe secondaire:
Alignement: Chaotique - Neutre
Inventaire: -Tenue de Voyage
-Trousse de déguisements (teintures confectionnées par mes propres soins)
-Outils de cambrioleurs de qualité supérieure
-Rapière
-Arc long (+ flèches?)
Physique
PHYSIQUE

Caractère
CARACTERE

Histoire
En plein milieu d'une nuit claire à Esperanza, le son caractéristique d'une plume grattant un parchemin résonnait secrètement dans une chambre d'auberge du quartier de Bruegel.  Il faisait sombre, car nulle bougie ne partageait sa lumière à la chimère qui étalait une quantité impressionnante d'encre sur la feuille.  Dotée de ses yeux félins, l'éclat lunaire suffisait amplement à y voir assez clair, il n'était donc pas nécessaire de prendre le risque d'attirer l'attention à cause d'une lueur de bougie durant le couvre-feu.  Écrivant quasiment sans pause, on pouvait croire en omettant les multiples ratures que sa main était possédée.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

« Mes premiers souvenirs me mènent à Salis, je devais avoir trois ou quatre ans.  J'y vivais avec ma mère, une Thériane Chat.  Nous avions une modeste demeure et pouvions manger à notre faim, ce qui n'était pas donné à tout le monde, donc je pense que nous pouvions nous estimer heureuses.  Quand à mon père, je ne savais rien de lui à l'époque car ma génitrice évitait soigneusement la question.

Nous vivions du commerce de denrées provenant de la forêt maudite.  Ma mère y pénétrait souvent pour en extraire divers végétaux et autres ingrédients qu'on ne trouvait que là bas.  Ou du moins, en bien plus grande abondance que partout ailleurs.  La plupart du temps, elle revendait ces ressources à des marchands itinérants faisant route vers Esperanza qui allaient à leur tour les revendre à des Botanistes pour qui les produits provenant de cette zone étaient précieux.  Ces derniers faisaient même parfois la route jusqu'à Salis lorsqu'ils avaient des requêtes spécifiques.

Au fil du temps, ma mère lia des relations plus étroites avec un artisan botaniste en particulier à qui elle offrit l'exclusivité de ses récoltes en échange de quelques avantages : Hector Lyold.  Humain grand et fort, cheveux noirs, 30 ans, marié et deux enfants.  Du haut de sa trentaine, sa réputation n'était déjà plus à refaire.  Pour cause : un travail acharné depuis son plus jeune âge l'aillant conduit à un professionnalisme et une fiabilité à toute épreuve.  Devant lui s'ouvraient déjà les portes de la richesse.

L'entente "commerciale" entre ma mère et Hector fut telle qu'au bout du compte, c'est nous qui faisions la route jusqu'à la capitale pour aller livrer en personne les denrées récoltées par ma mère.  A partir de cette époque, tout changea pour moi.  J’eus accès lors de mes séjours à Esperanza à des cours de lettres ainsi que d'autres cours généraux de base, mes vêtements rapiécés cédèrent leur place à des vêtements neufs et j'avais même droit à des sous-vêtements de rechange.  De plus, nous dormions à l'auberge dans deux chambres distinctes alors que quelques mois auparavant, cela aurait été un gaspillage aussi inutile qu’insensé d'argent.

Au début admiratifs tant par ce que j'avais pu apprendre que par me jolis linges, les autres enfants du quartier pauvre de Silas dans lequel nous vivions commencèrent ensuite à se montrer plus distants.  Au début moins bavard, ne m'invitant simplement plus à jouer avec eux, le poison nommé jalousie emplis leur êtres insidieusement jusqu'à finalement transformer en l'espace de quelques semaines à peine leur sympathie passée en antipathie.  Hélas, mon caractère introvertis n'avais rien d'un antidote à un tel venin.  Bien sûr, ils n'étaient pas responsable de ce changement de comportement, un gamin de cet âge ne se met pas à détester quelqu'un pour de si futiles raisons.  Non, ils n'étaient en réalité que le reflets de leurs parents, la vérité sur ce que pensaient ces lâches pour qui la sympathie fit place à une hypocrisie dégoûtante.

Les mois et les saisons passèrent et le sentiment de solitude s'estompa un peu lorsque ma mère me fit cadeau d'un petit frère pour noël.  Bien que son poil noir contrastait avec la fourrure blanche dont nous étions dotées maman et moi, il avait nos yeux ainsi qu'une paire d’oreilles et une queue juste comme les miennes.  Petite tâche sur le tableau : ma mère était toujours célibataire.  Vivant seule, La naissance de son second enfant valut plus d'un surnom dévalorisant.   Même si j'aimais ma maternelle, je dois bien avouer que plus d'un étaient appropriés.  Notre niveau de vie ne s'était évidement pas élevé si brutalement sans raison.

Pas plus de sept mois plus tard, ma vie pris un nouveau tournant.  La cloche avait déjà sonné ses douze coups et ma mère, partie tôt le matin pour sa première expédition dans la forêt maudite depuis l'accouchement, ne tint pas sa promesse de rentrer en fin de matinée alors que de mon côté, Elion n'allait visiblement pas bien et j'étais incapable de le calmer.  Inquiète pour lui, mais aussi pour maman, une solution me parût évidente : je devais aller la chercher et tout se résoudrait.  Je savais qu'il était idiot de ma part de partir vers la forêt maudite, mais j'étais dépassée par les événements et n'osais demander de l'aide à qui que ce soit.

Consciente que personne n'accepterais de m’emmener là bas je me résolue à y aller en douce. A deux pas de chez moi, il y avait un quai, à côté duquel le vieux Marco qui vivait à côté y laissait d'ordinaire sa barque. Celui-ci avait l'habitude de faire la sieste après le couvert et par chance, Elion probablement épuisé d'avoir tant hurlé s'était calmé. C'était maintenant où jamais.  J'ai cru que je n'arriverais jamais jusqu'à l'embarcation, les sept kilos de mon frangin, ça faisait beaucoup pour moi mais n'ayant d'autres alternatives se présentant dans mon esprit, je n'eu d'autre choix que de trouver la détermination de forcer jusqu'au bout. L'embarquement ressembla plus à une dégringolade à peu près contrôlée qui me coûta un gros bleu au bras droit. Mon frère par chance n'eus rien mais se réveilla et ranima à son tour tous les ronfleurs dont le vieux Marco. Je m'activai et pu m'éloigner suffisamment pour qu'il ne puisse rien faire de plus en voyant son bateau s'éloigner que de me hurler dessus en écarquillant les yeux.



Arrivée à destination, je ne su rien faire de mieux que de dégringoler dans poupe en tentant d'amortir au mieux le choc.  Heureusement, mon frère n'avait rien et moi, je m'en sortais avec un gros bleu à l'épaule.  Les hurlements reprirent à cause de l'agitation. Je jetta l'amarre et commençait à m'éloigner au plus vite.  Réveillé par les cris, le vieux Marco arriva trop tard pour me retenir.  La surprise et la colère qu'exprimaient ses yeux écarquillés me fait encore sourire aujourd'hui.

Au bout d'une heure et demi, aidée par un vent de dos, mon embarcation arriva non loin d'une forêt épaisse et sombre.  Je n'étais jamais venu, mais la voir suffisait à savoir de quelle forêt il sagissait.  Un ponton me permis d'attacher le bateau.  Je dù m'y reprendre à plusieurs fois pour obtenir un nœud qui tienne plus ou moins et qui ferait certainement rire au éclat à n'importe quel marin chevronné ou non.  Mais je n'avais guère le temps de m'appliquer.  Dès que le résultat me sembla suffisant, je me mis Directement en marche vers ma destination sans prendre la peine de débarquer mon frère.  J'aurais de toute manière été incapable de le hisser hors de la coque.



Derrière l'écran

   Prénom ou pseudo: Kika !
   Âge: 26
   Credit Avatar: J'arrive pas à le retrouver D:
   Comment as-tu connu le forum ?  Je le connais depuis qu'il est pas encore créer :<
   Ton avis sur le forum ? Un Avis de recherche
   Code du règlement:

   (c) CODAGE PAR MADOUCE SUR EPICODE
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Avant Propos :: Présentation
Lynaëlle Sylfe Lyold Astrae, alias "Kika" [en construction]

Sauter vers: